Juste la fin du monde

AddThis Social Bookmark Button
Visuel_juste_la_fin_du_monde_paysage_web
Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce 

«Cela se passe dans la maison de la Mère et de Suzanne, un dimanche, évidemment, ou bien encore près d’une année entière.»

« Juste la fin du monde » c'est une journée particulière.

Une journée en famille où enfin Louis revient, lui que l'on a n’a pas vu depuis si longtemps, qui a donné si peu de nouvelles.

Ce fils, ce frère, arrive le matin de ce dimanche commun, rendu tout à coup si exceptionnel, joyeux et plein d'espoir par sa venue. Il repart le soir, sans avoir réussi à dire cette chose grave qu'il était venu annoncer. Leur dire à eux, sa famille, si proche et si loin.

Il y a Suzanne, en admiration devant ce grand frère inatteignable. Antoine, qui vit avec sa femme Catherine et ses enfants dans un nouveau quartier à la périphérie de la ville. La mère, toujours dans ses souvenirs, qui parle d'un temps révolu.

Il y a cet amour familial, rendu étrange par un monde qui les sépare, et cette envie de se faire entendre, de crier…

 

Une création 2023 

A l'Escapade à Hénin-Beaumont le jeudi 12 janvier et vendredi 13 janvier 2023 

Au Vivat - scène conventionnée d'Armentières le jeudi 26 et vendredi 27 janvier 2023

Au Théâtre de Montreuil sur Mer le mardi 14 mars 2023 

 

Saison 23-24

Au théâtre de la Verrière (dates en cours)

Mise en scène : Vincent Dhelin et Olivier Menu | Avec : Olivier Menu, Lyly Chartiez-Mignauw, Jean-Maximilien Sobocinski, Florence Masure, Marie-Pierre Feringue | Scénographie : Johanne Huysmans | Création lumières : Juliette Delfosse | Costumes : Alexandra Charles | Visuel : Jeanne Roualet

Partenaires : En coproduction avec Le Vivat – scène conventionnée d’intérêt national art et création – Armentières | la Communauté d’Agglomération des 2 Baies en Montreuillois |

Soutiens : DRAC Hauts de France, Région Hauts-de-France, Ville d’Armentières | Lieux de résidences : La COOP à Armentières | 

 

Histoire d'une baleine blanche

AddThis Social Bookmark Button
Texte de Luis Sepulveda (Éditions Métailié)
Histoire_dune_baleine_blanche_avril2021_web« Dans cette rencontre en mer le comportement des hommes me parut très étrange.
La minuscule sardine n'attaque pas une autre sardine,
la lente tortue n'attaque pas une autre tortue,
le requin vorace n'attaque pas un autre requin.
Il semble que les hommes sont la seule espèce qui attaque ses semblables,
et je n'ai pas aimé ce que j'ai appris d'eux. »
- Histoire d’une Baleine Blanche - Éditions Métailié
Une lecture en musique et chansons
Cette Histoire d'une baleine blanche de Luis Sepulveda rejoint Le Petit Prince et Jonathan Livingstone le goéland dans le panthéon des livres universels nous poussant à réfléchir sur notre responsabilité d'habitants de la Planète. Un texte puissant et poétique.
Du fond d'un coquillage - comme le langage de la mer - surgit une voix : celle d'une baleine blanche, Mocha Dick.
Et la plus grande créature de l'océan, couleur de lune, d'entamer l'histoire de sa vie : après les profondeurs et la solitude, elle a rencontré un vieux cachalot qui lui a confié une grande mission, protéger le peuple des gens de la mer et guider les âmes de leurs morts dans l’au-delà.
Mais Mocha Dick va devoir défendre son monde immobile contre les nouveaux prédateurs : baleiniers et chasseurs de baleines et leur livrer une guerre sans merci.

La parole à la nature !
Luis Sepulvéda nous raconte l’histoire de Moby Dick (ou Mocha Dick) mais à l’envers.
A la manière des contes amérindiens, Luis Sépulvéda donne la parole à la grande Baleine blanche pour nous raconter son histoire : une lutte légendaire entre certains hommes et la créature la plus grande de l’océan. Les baleiniers sont ici des chasseurs avides et sans respect pour l’environnement qui détruisent la nature et tuent sans raison si ce n’est l’appât du gain.
Face à eux, d’autres hommes - les gens de mer - ont pris fait et cause pour la nature. Ils tentent comme ils peuvent d’en faire une alliée pour protéger le monde qui les fait vivre. Ils ne défendent pas la nature ; ils sont la nature qui se défend.
Cette histoire est tirée d’un fait réel : la destruction en 1820 d’un baleinier par un cachalot géant. Le cachalot était poursuivi par une flotte de baleiniers et il finira par être tué.
Deux cent ans plus tard, 60 % des animaux sauvages ont disparu et ce combat pour préserver la biodiversité n’a jamais été aussi actuel. Malgré le moratoire sur la chasse à la baleine, 180 baleines ont ainsi encore été tuées en 2017. Face à la violence et à l’acharnement des chasseurs, la parole de Mocha Dick résonne avec beaucoup d’humanité.
Les fous à réAction [associés] - décembre 2020

Jeu, musique et chant William Schotte et Olivier Menu | Mise en lecture Vincent Dhelin | Scénographie Johanne Huysman | Durée 40 minutes environ | A partir de 11 ans

C'est L'Appel du Matin

AddThis Social Bookmark Button
CestlAppelduMatin_Charlotte-delbo_Copyright_Eric_Schwab
Charlotte Delbo | Lecture - Création 2021
C'est l'appel du matin est né de l'envie de mettre en lumière la parole d'une femme, Charlotte Delbo - poétesse, écrivaine et résistante - revenue des camps de concentration.

Son oeuvre, trop méconnue, nous semble pourtant incontournable : Charlotte Delbo raconte avec force et poésie ce qui l'a poussée à survivre au milieu de ce chaos : la solidarité entre femmes et le théâtre qui l'ont aidée à s'évader et à tenir debout pendant l'interminable appel du matin.

C'est l'appel du matin, ce pourrait être un voyage arrêté à Auschwitz en compagnie d'une jeune femme, Charlotte, et son amie Viva, essayant de trouver les mots et les gestes pour oublier l'horreur qui se pavane devant soi.

Et s'il y avait l'idée du théâtre pour que l'esprit s'évade, pour obliger le corps à se tenir debout, à tenir le coup, pour se serrer les coudes. Et s'il y avait aussi le chant qui bruit dans la tête, une petite mélodie du bonheur pour survivre, oublier le vacarme infernal du camp.

C'est l'appel du matin s'interroge sur le fait d'être simplement là, sur la jeunesse et l'insouciance qui font aller de l'avant.
Les mots se changent en énergie vitale. C'est un appel à la vie.

« En vérité, qui peut supporter l'appel ?  Qui peut rester immobile des heures ? » Aucun de nous ne reviendra Charlotte Delbo - Ed. de  Minuit p.38

C'est l'appel du matin est une lecture de 30 minutes proposée dans le cadre de l'appel à projets à l'initiative de HF Hauts-de-France* pour la 3ème édition des Journées du Matrimoine en Hauts de France qui auront lieu les 18 et 19 septembre 2021.
Elle sera également présentée à l'automne 2021 dans les lycées de l'armentiérois (et d'ailleurs), transmettant ainsi la langue rare d'une poétesse qui cherche à sortir du cauchemar de l'histoire.

EN 2021

SAMEDI 18 SEPTEMBRE 2021 à 14H et 16H | à la Médiathèque L'Albatros à Armentières
Collaboration avec la ville d’Armentière et HF Hauts de France dans le cadre des journées du Matrimoine et du Patrimoine 

AUTOMNE 2021 | dans les classes des lycées d'Armentières.

C'est l'appel du matin
Textes Charlotte Delbo : Aucun de nous ne reviendra et Une connaissance inutile
Droits théâtre gérés par Les Editions de Minuit
Interprétation : Lyly Chartiez-Mignauw et Olivier Menu
Mise en scène : Vincent Dhelin et Olivier Menu
Vous êtes ici: Spectacles